Les plantes mellifères et leur contribution à la reproduction des abeilles pour le miel de Paris

Publié le 03/11/2020 à 20:20, Mis à jour le 26/10/2021 à 22:06

Les plantes mellifères et leur contribution à la reproduction des abeilles pour le miel de Paris

Même en cette saison peu propice aux floraisons qu’est l’hiver, certaines plantes ont choisi de fleurir pour le plus grand bien de nos chères abeilles de Paris. Elles aident notre écosystème à se reproduire.

 

Les plantes mellifères, un élément essentiel de la chaîne de reproduction des abeilles de Paris 

Le noisetier est la première des plantes mellifères de la saison froide. Bien que possédant un pollen de piètre qualité pour les insectes pollinisateurs, il est très recherché par les abeilles. Les années les plus froides, il est uniquement pollinisé par le vent.

Outre le noisetier, deux autres plantes assez courantes fleurissent juste après : le chèvrefeuille et la bruyère. Toutes deux sont des plantes très mellifères les années froides ou chaudes. Leurs parfums très forts attirent les abeilles de Paris en manque de nourriture et leur permet de collecter des nectars riches.

Au niveau des fleurs, trois d’entre-elles se distinguent par leur floraison hivernale. Ce sont les violettes, crocus et perce neige. Ces plantes permettent non seulement aux abeilles de trouver du pollen début mars mais aussi de produire une large quantité de pollen. Elles permettront de réamorcer une augmentation de la ponte de la reine et préparera la ruche au plantes printanières qui suivent.

 

Le processus de récolte du nectar

En tout début de printemps, et toujours en mars, le saule et le cornouiller sont 2 arbres produisant des quantités assez élevées de pollens. Comme les chatons apparaissent avant les feuilles pour ces arbres, ils ont un risque de gel bien inférieur à d’autres espèces et sécurisent de la nourriture pour les pollinisateurs.

Puis, le printemps commence sérieusement et les pommiers, cerisiers et merisiers fleurissent. Le plus mellifère des trois est le merisier, et le moins mellifère est le pommier. Les pommiers peuvent fournir de nombreux pollens et produisent d’autant plus de pollens qu’il n’y a de variété dans un même verger. Les cerisiers et merisiers, en plus de fournir du pollen, permettent aux abeilles de récolter de très grandes quantités de nectar et ainsi de commencer à constituer les réserves de miel de Paris de l’année. À cette même période, fleurit l’ail des ours. Cette fleur blanche très parfumée constitue une source de nourriture pour tous les insectes pollinisateurs. Ces fleurs étant présentes en abondance prendront le relais des arbres précédemment vus en cas de gelées tardives.

 

Un écosystème Parisien fragile

Le printemps avançant, fleurit la famille des acacias, l’aubépine et l’érable utilisés dans le miel de Paris. Ces trois essences d’arbres produisent des pollens et nectars en très grande quantité et sont bien souvent les premières récoltes abondantes de la saison. Malheureusement, ces dernières années, avec des sécheresses précoces et des gels tardifs, ces arbres fragiles n’ont pas permis de produire leurs fameux nectars en quantité suffisante pour être récoltés pour le miel de Paris. Les mois de mai et juin voient également fleurir des plantes intéressantes et parfumées comme le romarin et la bourrache. Les abeilles sont attirées par ces fleurs produisant du nectar en masse.

Ainsi s’achève le marathon de la période difficile pour les pollinisateurs de miel de Paris. S’ensuit une reprise significative des floraisons à l’été et à l’automne qui leur permettra de refaire des réserves en conséquence afin de traverser cette période maigre plus ou moins longue.

Pour que nos pollinisateurs passent bien cette période difficile, nous vous conseillons de planter les arbres, arbustes et fleurs à floraison précoces que nous avons vus afin de donner plus de chances de survie à nos pollinisateurs naturels et d’élevage. Ils auront plus de chance de survie si nous augmentons la biodiversité et étendons les gammes de plantes dans les écosystèmes Parisien.